Moulin de KedavidLes moulins à blé dominent les coteaux de l’estuaire de la Vilaine : construits à partir du XVIè siècle, ils ne sont plus en activité depuis la fin de la deuxième guerre mondiale.

Arzal comptait autrefois sept moulins à vent et un moulin à eau ; six subsistent aujourd’hui.

Les vents venant le plus souvent de la mer, les ailes des moulins sont toujours placées sur le côté Ouest, et la porte est de l’autre côté pour ne pas heurter les ailes en action. Leur architecture est dite « à taille de guêpe » ou en « champignon », ce qui signifie que l’étage est en surplomb par rapport au rez-de-chaussée. La charpente de ces moulins est identique à celle des moulins guérandais : la pièce maîtresse du mécanisme était la butée d’arbre qui transmettait le mouvement et subissait une grande torsion.

Moulin de SéréacLe moulin le plus ancien est celui de Kervéro qui date de 1621 (privé).

Le moulin de Séréac (1651) au sud de la R.N 165 est classé monument historique : il produisait au XIXè siècle 130 hectolitres de farine par jour (privé).

Tout près, le moulin neuf (construit avant 1719) produisait 10 hectolitres de farine par jour (privé).

Le moulin de Kerdavid est plus récent (sans doute XIXè siècle) et c’est un moulin à ailes Berton (en bois) : une partie de son mécanisme est encore en place. Mais aux environs de 1950, suite à un emballement, son arbre s’est cassé (privé).

Les deux moulins de Kerollet ne datent pas de la même époque. Le plus ancien, à l’Est, date du XVIIè ou du XVIIIè siècle. Le second, du début XIXè, a deux portes opposées et un escalier à vis en bois (privé). 

Partager

Syndication

Syndiquer le contenu